R E T O U R

De fenêtres en fenêtres
D’un pas ralenti
Il cherche le temps
Qu’il cumule d’an en an

Virtuose des grands silences
Il relit des écrits annotés
Des mélopées plein la tête
Et des voyages autour

Un printemps cogne à sa porte
Avec lui chaleur et volupté
Plaisirs aux pas cadencés
Ombre et poussière disparues

La vie retrouve sa fougue
Les matins devancent le soleil
Son souffle reprend haleine
L’avenir déborde d’horizons

Poster un commentaire

Classé dans Poésie

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s