Archives mensuelles : août 2015

SUSPENS

Comme en écho

Le huard au loin

Lance sa plainte

Le calme sourit

Dans le bruissement

Des feuilles

Cette vie

Qui s’attarde

Sur ma table

Poster un commentaire

Classé dans Poésie

Doucement

 

Douceurs d’été

 

Félicités engrangées

 

La nuit est fraiche

 

Le lac est calme

 

 

Quand je serai grand

 

La mer sera immense

 

Je partirai au loin

 

Chercher l’onde sans fin

 

 

C’est elle que j’aimerai

 

À flanc de montagne dessinée

 

À chevelure mêlée

 

Emparfumée et dénudée

Poster un commentaire

Classé dans Poésie

HIER SOIR

 

 

Deux chaises au bout du quai

 

Le soleil passe l’horizon

 

Des goélands planent haut

 

L’eau clapote sur les galets

 

 

Les arbres font la sentinelle

 

Et se bercent sous la brise

 

Pendant qu’une nerveuse canne

 

Suit ses petits un peu fouineurs

 

 

Dans cet air chaud d’été

 

Les heures sont suspendues

 

Au seul plaisir d’un bien-être

 

À saveur d’une naissance prolongée

 

 

Comme dans une sorte d’extase

 

Je me sens au cœur de l’existence

 

Mon cœur frémit

 

La plénitude m’envahit


 

 

1 commentaire

Classé dans Réfléxions quotidiennes

DEMAIN

 

La route est longue devant soi

 

Derrière, les pas sont lavés par la vie

 

J’ai marché longtemps sur les pavés

 

Puis, le soleil s’est levé sur ma tête

 

 

Le regard blasé de la routine

 

A fait oublier la piste sinueuse

 

La pensée s’étourdit d’accoutumance

 

Et les chaussures peinent sur les cailloux

 

 

J’ai passé le village au cœur vidé

 

Même l’église est délaissée

 

À passer les souvenirs et les hiers

 

La pluie endort ceux qui s’y bercent

 

 

Au loin, il y a encore la terre

 

La mer limite ses longs contours

 

Pendant que le vent pousse les vagues

 

J’essaie d’apprendre à ramer sans peine

 

 

Il a fait beau temps, il a venté

 

Marins et pêcheurs sont passés

 

Vêtus, casqués, m’ont salué

 

La pêche fut bonne mais ardue

 

 

Demain, c’est la ville et ses mirages

 

Le bitume et les façades bariolées

 

Le cœur à la fête, j’erre et me perds

 

Mais, d’où vient cet air que je l’aspire ?

3 Commentaires

Classé dans Poésie

C’était son tour

 

Il y eut

Vie familiale. Professionnelle et sportive

 

Puis, d’une main quotidienne

il a écrit la dernière page

Un souffle l’a tournée

 

Au bas, une signature

 

 

Léonard Desjardins

Poster un commentaire

Classé dans Réfléxions quotidiennes