Simplement

 

Si je te dis que je t’aime

 

Ne me demande pas pourquoi

 

Les jours, les nuits t’en diraient plus que moi

 

 

Longtemps j’ai regardé l’onde du lac

 

Lui te raconterait la douceur et l’infini répétition

 

Patience et présence intime

 

 

Sur la table, un café à demi terminé

 

À la porte, mes souliers usés

 

Au crochet, deux ou trois trousseaux de clés

 

 

Sur la terrasse, l’œil sur des canards passants

 

Gouter l’air du matin si léger

 

À l’envers, la rive du lac se miroite dans l’eau

 

 

Plus j’y pense, mon cœur cogne à ta porte

 

Il sait la chaleur et l’empreinte de la beauté

 

Il n’attend plus, il te le répétera

Poster un commentaire

Classé dans Poésie

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s