A L O R S Q U E

Alors que l’hiver a fui

Alors que le printemps s’ennuie

Moi je dors la nuit

Et je me fais intime

*

Alors que mai joue la fraicheur

Alors que le lac demeure gelé

Moi je range mes pelles

Et je sors les chaises d’été

*

Alors que le virus fait école

Alors que les masques déguisent

Moi je crois à l’été qui vient

Et je prends le langage d’amour

*

Alors que d’autres comptent leurs sous

Alors que passent les outardes

En poète je caresse l’utopie

Et je serre la vie à bras fort

Poster un commentaire

Classé dans Réfléxions quotidiennes

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s