U N C E R T A I N J O U R D E M A I

Les oiseaux ont cessé de chanter

La terre est gorgée d’eau

Les enfants sont rentrés trempés

On dirait que les nuages somnolent

*

Sur des airs d’espérance

Le ciel se paraît d’oiseaux bleus

Le cœur du bonheur chancelant

Le rouge et le gris confondus

*

Au matin débarbouillé tout net

Une chanson folâtre à l’oreille

Un coin de soleil à l’horizon

Cette fois se pointe la douceur

Poster un commentaire

Classé dans Réfléxions quotidiennes

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s