Bouts de babillages

Empaqueté de manteaux et de foulards

Depuis plusieurs mois

Les grands froids m’ont laissé

Orphelin de mes soleils d’été

Associés bien malgré eux

À des couchers de soleil hâtifs

Les jours ne m’en paraissent pas moins

Bien plus longs qu’en disent les horloges

Sont alors venues les heures

Où même l’espérance est lasse

Mais bientôt se révéleront

Quelques sources de vie

C’est ainsi que s’insinuent en moi

Les germes prometteurs d’une autre saison

Poster un commentaire

Classé dans Réfléxions quotidiennes

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s