L’île à Réal

Au lever du soleil hivernal

Une légère brume voûte le lac

Au travers, une île se dessine

Elle abrite une large demeure

*

Dépourvue de voisins indiscrets

Nourrie de sous-bois silencieux

Veinée de petits sentiers insolites

Au matin éblouie de soleil levant

*

Autour d’elle ont passé les saisons

Chez elle ont résonné rires et silences

Même la vie y était entre parenthèses

Tant la nature y avait présence et sagesse

*

Déserte depuis des lustres

La maison offre toujours sa blancheur

À ceux qui passent par hasard

Sans savoir ni son temps ni ses secrets

Poster un commentaire

Classé dans Réfléxions quotidiennes

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s