C o n c e r t o

Tel un bouleau esseulé

Au bord d’un grand chemin

Je cultive la présence

En silence

*

Abreuvé de nuages gris

Sous un soleil de mai

Je rêve de grands voyages

Sans escales

*

Repus de becquées multiples

Au bord de la mer endormie

Planent des goélands

Sans bruit

*

Parfumé d’un relent de varech

L’air marin entoure l’échoppe

Du vieux poissonnier

Qui veille

*

Face à l’océan qui danse

Sur des airs de Mozart

Je veux chanter

La beauté

Poster un commentaire

Classé dans Réfléxions quotidiennes

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s