SAISONS

 

 

 Je respire avec soin et je gonfle mes nuits

Je ne suis pas un train et j’avance sans bruit

Je brûle mes souliers, j’érotise le château

La lampe a deux pieds et la rue aux badauds

L’ordre revendiqué dessine des couleurs

Aux oreilles du quai la brume est sans douleur

Entre la source et l’eau l’échec du roi fait loi

Meurt la fleur en lambeau, sur la table gît l’oie

Seul comme grande meule et rond comme un ballon

La place est comme glace et balcon en glaçon

Sur capot l’orignal et lièvre dans un piège

Passent les carnavals et les souffleuses de neige

Le temps bleu est entré, le balai est ouvert

Viennent les jours d’été et janvier en hiver

Poster un commentaire

Classé dans Poésie

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s