ITINÉRANT

 

 

Le cœur las

 

Il avance sans but

 

Dans la brume de ses envies

 

L’aurore de son plaisir à peine entrevu

 

Devient tôt

 

Une claudication de bonheurs fugaces

 

 

L’univers de sa peine à demi noyée

 

S’enroule sur sa poitrine

 

Devant un mur d’impossible

 

Le sol l’ennuie dans son pas inutile

 

Encore étourdi de vitalité

 

Sa présence fuit le vent

 

Et veut se perdre dans son absence

Poster un commentaire

Classé dans Réfléxions quotidiennes

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s