Débâcle

 

L’hiver retarde la belle étreinte

 

Pendant longtemps Il se fait tard

 

Les glaces craquent l’eau monte encore

 

 

 

Au gré du vent mu par l’envie

 

Le beau bateau plein de pulsions

 

Part la débâcle des vœux naïfs

 

 

 

Je meurs de toi en ce printemps

 

Des longs matins ensoleillés

 

Un bon café et un calin

Poster un commentaire

Classé dans Poésie

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s