NOUVELLES VIES

 

De lacs en montagnes

 

Ils ont construit

 

D’envie, de peur, d’amour

 

Leurs ventres étaient pleins

 

 

Ils ont vécu, ils ont chanté

 

Ils ont planté, ils ont aimé

 

Dans la tempête dans la fureur

 

Jour après jour ils ont osé

 

 

L’histoire n’a pas commencé hier

 

C’était bien avant qu’on y pense

 

La lune faisait ses nuits

 

Et l’orage parfumait la forêt

 

 

Au loin j’entends une brise

 

Ça sent la mer les jours de départ

 

La terre-mère attend

 

Chacun sa manière, chacun son tour

 

 

Les bras ouverts, la main tendue

 

Je reste là ensoleillé de vies nouvelles

Poster un commentaire

Classé dans Poésie

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s