MURMURE

Au delà du métier de vivre

C’est la vie qui passe à hauteur d’oiseau

Le grand vent qui oblige les goélands

Voudrait taire nos envies d’envol

Cumulés les ans et nanti d’amour

Le soir, je veux dormir près de toi

Poster un commentaire

Classé dans Poésie

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s