OMBRES ET LUMIÈRES

À l’aube de mon ravissement

Le jour s’est levé tôt

Alors

Je reboise mes sentiments

Devant l’onde miroitante

Désespéré

Si l’âge désormais sonne l’heure

La nuit écourtée bat l’envie

Dehors

Le parasol de ma félicité

Ombre mon visage ridé

Espoir

De routes débalisées

Vers des horizons en prétexte

Poster un commentaire

Classé dans Poésie

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s