M É M O I R E

Sous le joug du présent
Nimbé de nuages épars
Chevelure embrouillée de gris
Il grignote la retraite emmiellée

Le temps s’en est allé
L’aujourd’hui égrène son hédonisme
De doutes et de savoirs
Sérénité plein la route

Les deux pieds dans l’avenir
Capteur de rêves emplumé
Au-delà du vent
Pour des lunes attendries

Poster un commentaire

Classé dans Poésie

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s