L’OMBRE DE SOI

 

Le lendemain, il était mort

 

Des ans il en avait tant vécus

 

La vie l’avait quand même bien protégé

 

 

Mais un regret a percé son cœur

 

La mer l’a laissé sur le quai

 

Les grands départs n’ont pas eu lieu

 

Dans un quotidien aux mille routines

 

Il a usé son chemin aller retour

 

Il a fermé son œil, sa porte et ses amours

 

 

Marcher à n’en plus savoir marcher

 

Vivre ses demains comme ses hiers

 

Sa mer étale était sans mats et sans bateaux

 

Ses heures étaient comme un pantalon usé

 

Décoloré et désabusé

 

 

Son fauteuil de TV a un ressort qui grince

 

Son chat le regarde essuyer ses lunettes

 

Il va bientôt aller vers son lit défait

 

Sa nuit sera sans rêves et sans repos

 

 

Paul était chauffeur de taxi

1 commentaire

Classé dans Poésie

Une réponse à “L’OMBRE DE SOI

  1. Louise

    Clovis, j’ai l’impression de le connaître. Étrange.
    Louise

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s