UN SOIR

 

Le vent du nord saccageur se lève

 

La route du rang est enneigée

 

 

Espérant la déchirure de l’hiver

 

Sous manteau de glace épaissie

 

Il souffle son humeur à pleines narines

 

Et pointe le fusil de sa peur imaginaire

 

 

Sous un ciel décoloré pour mer endormie

 

Il voudrait tant entailler le printemps

 

Et bouillir ses arômes à casseroles fumantes

 

Pour donner au temps la fièvre du soleil

Poster un commentaire

Classé dans Poésie

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s