P L US H A U T

Sur des vents nouveaux

Je voudrais te voir chanter

Comme souffle de vie

À gorge déraillée

Emmaillée de ravissement

Sous mes rides déjà tracées

Je voudrais te voir danser

À grands foulards débattus

Comme ondine diaprée

Sur mille feuilles tombées

Je voudrais te voir sourire

À tous ces ans qui viennent

Dans un long tourbillon de tendresse

Je voudrais t’emmener

Plus loin que la mer

Au delà de tout

Poster un commentaire

Classé dans Poésie

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s