D É C E M B R E

Courte lumière, soleil rare

Dans la noirceur de décembre

Espérant l’aube

Parfois la vie

Berce l’aura et ton échine

La terre se couvre et s’endort

Le toit pleure un glaçon

Un dernier canard crie son départ

La saison meurt au souffle embué

La froideur du lit attend le sommeil

D’errances et merveilles seront mes songes

Été au poing et soleil au front

Demain la neige et son éclat

La pelle et son combat

Vienne l’hiver

Sourires d’enfant dégourdis

Poster un commentaire

Classé dans Poésie

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s