Cortège insensé

 

 

L’ivresse de nos envies

nous brûlèrent des ponts

que nous croyions si essentiels

hier encore

 

L’œuvre des sens

a brandi nos êtres enfiévrés

hors des conventions entretenues

 

La luxure de nos inclinations

a dispersé des éclats de toi

tout autour de la forteresse de mes retenues

 

Notre fièvre a pris chair

dans l’innocence de nos confiances

et dans l’énoncé d’aveux d’éternité

 

L’émotion de toutes nos vies

ensoleille nos sagesses épargnées

et colore tous nos matins du monde

hier et pour toujours

Poster un commentaire

Classé dans Poésie

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s